En poursuivant votre navigation sur construirogaz.grdf.fr vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. La poursuite de la navigation vaut accord au dépôt des cookies sur votre terminal. Pour plus d'informations, gérer ou modifier vos paramètres de cookies, En savoir plus.

RT 2012 deux ans après: bilan positif pour les constructeurs

Références en région 16/07/2018
Partager avec: Linkedin

Si la RT 2012 représente une évolution très positive pour le consommateur, qu’en est-il réellement pour le constructeur de maisons individuelles ?

Après plus de deux années de mise en œuvre de la RT 2012, les constructeurs disposent d’un recul suffisant pour en voir les effets réels. Nous avons voulu connaître le point de vue d’une entreprise implantée dans le Nord-Ouest de la France et nous nous sommes adressés à Michel Ettouati, Président de la société Le Fond du Val, créée en Haute-Normandie en 1988. Bien que développant aussi ses activités dans le Centre et l’Aquitaine, le constructeur réalise plus de la moitié de sa production – environ 500 maisons par an – dans sa région d’origine. Il travaille au travers de trois enseignes : CER Constructions, Maisons de l’Hexagone et Cléverte.

Quels choix énergétiques avez-vous faits pour répondre aux contraintes de la RT 2012 ?

Les choix diffèrent selon la cible de maisons. Nous proposons une entrée de gamme dont nous déterminons nous-mêmes toutes les prestations, puis deux autres gammes de maisons plus ou moins personnalisables. Pour ces dernières, nous avons opté, dès janvier 2013, pour la chaudière hybride. Le retour s’avère tout à fait positif pour cet équipement, tant sur le plan du fonctionnement, du confort que sur celui de l’entretien. Mais pour nos maisons entrée de gamme, nous avions sélectionné le poêle à granules car nous avions noté que les clients qui le demandaient en étaient particulièrement satisfaits. Or, nous avons constaté, après un an, un retour clairement négatif. Nous avons donc modifié notre offre et opté pour une chaudière gaz avec un ballon thermodynamique. 

Quels sont les atouts de ces choix ?

Nous décidons en fonction de quatre critères : le coût d’installation, le coût d’exploitation, le confort et l’entretien. Le couplage des technologies qui caractérise la chaudière hybride est un atout certain en termes de confort puisque les limites de la pompe à chaleur n’entrent plus en ligne de compte. De plus, c’est un système global, ce qui signifie un seul contrat d’entretien et une seule mise en œuvre. Quant au choix de la chaudière avec ballon thermodynamique, il permet de limiter l’investissement. Enfin, l’utilisation du gaz est désormais envisageable puisque la facture n’est plus un obstacle, du fait de la diminution des consommations. 

Quel regard portez-vous sur la RT 2012 ?

C’est une évolution significative. Elle se traduit par la diminution du coût énergétique d’une maison. Dans notre région, la Haute-Normandie, la consommation énergétique maximale d’une maison est aujourd’hui de 65 kWh/m2 alors qu’elle atteignait précédemment en moyenne 180 kWh/m2. Certes, le coût de construction est plus élevé, mais il l’est nettement moins que les estimations initiales. Ces estimations portaient sur des produits correspondant au label BBC RT2005. Or, sur le plan technique, il n’y a pas de continuité entre le label BBC et la RT 2012. Lorsque nous travaillions sur la base de la RT 2005, en mettant nos maisons en conformité avec le label BBC, nous avions un surcoût de 10 à 15 %. Aujourd’hui, si l’on supprime certaines prestations qui étaient obligatoires hier mais qui ne le sont plus, on s’aperçoit que les contraintes de la RT 2012 entraînent un surcoût de 5 % seulement par rapport aux produits conformes à la RT 2005 (sans BBC). C’est donc plus accessible qu’on ne le pensait pour le constructeur et, bien sûr, très intéressant pour le client. Il faut aussi préciser que les industriels nous fournissent des équipements très bien adaptés à cette nouvelle réglementation et de plus en plus compétitifs.