En poursuivant votre navigation sur construirogaz.grdf.fr vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. La poursuite de la navigation vaut accord au dépôt des cookies sur votre terminal. Pour plus d'informations, gérer ou modifier vos paramètres de cookies, En savoir plus.

« MEPOS» by Maisons de Loire anticipe la prochaine RE 2018

Références en région 16/07/2018
Partager avec: Linkedin

En recherche permanente de solutions pour se différencier sur son secteur, Jérémy Gauteron, Directeur Général de Maisons de Loire, réalise en 2016 sa première maison à énergie positive labellisée BEPOS-Effinergie 2016.

Jérémy Gauteron exerce ses activités de constructeur de maisons individuelles sur les départements du Loiret et du Loir et Cher depuis 2011. Il crée les marques Les Maisons de Loire (sur mesure) et OUIMAISON.fr (plan type) et réalise une trentaine de maisons par an. En 2016, le jeune dirigeant se lance le défi d’être le premier constructeur de la Région Centre-Val de Loire à faire émerger un modèle de maison avant-gardiste, à énergie positive pour anticiper la prochaine Réglementation Environnementale 2018. Cette réalisation de 186 m2 habitables, avec double garage de 45 m2, vient d’être terminée et est certifiée par le label BEPOS-Effinergie 2016. Jérémy Gauteron revient avec nous sur les coulisses du projet qu’il a baptisé MEPOS (M pour maison en référence à BEPOS).

Qu’est-ce que le « MEPOS » ?

MEPOS n’est pas un label d’état mais est un « label » made in Maisons de Loire, qui caractérise le niveau d’exigences du BEPOS Effinergie et porte également nos valeurs de fidélité à nos artisans locaux et aux industriels avec lesquels nous travaillons depuis la création de notre entreprise. En construisant cette maison, nous avons eu pour objectif de démontrer que la haute performance énergétique est atteignable en utilisant des matériaux que nous maîtrisions et avec nos artisans habituels et de réaliser une maison BEPOS accessible au plus grand nombre.

En collaboration avec le bureau d’études thermiques éko’home et GRDF, je me suis d’abord orienté vers la maison passive. Après un an et demi de réflexion, nous avons bifurqué vers la maison positive qui nous est apparue comme un choix beaucoup plus adapté au climat de la région Centre. 

Quels sont vos choix énergétiques ?

Je privilégie le gaz naturel pour sa rentabilité et son faible coût sur le long terme. Nous avons choisi une chaudière hybride (modèle Hynea Hybrid Duo)  qui associe une chaudière à condensation au gaz naturel à une PAC de faible puissance ( 3kW). Nous avons installé un modèle standard qui couvre l’ensemble des besoins de chauffage et fournit un très bon confort d’eau chaude sanitaire grâce a la chaudière ( 22l/min) .

Pour aller vers le BEPOS, nous avons eu recours au photovoltaïque. 33 panneaux solaires ( 50 m²) disposés en toiture produisent de l’électricité, intégralement revendue à Enedis. Cette production devrait assurer à l’occupant un bénéfice d’environ 1 200 euros par an.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Le défi le plus important a consisté à maintenir les coûts au plus bas en visant un niveau le label Effinergie très exigeant. Nous y sommes parvenus puisque le budget final représente un surcoût de 15 % seulement par rapport à une maison RT 2012. Notre tour de force est d’avoir réussi à concevoir une maison dont la construction ne présente aucune difficulté particulière. Par exemple, l’épaisseur des murs est identique à celle des modèles RT 2012. Pour cela, nous avons beaucoup travaillé sur la phase de conception. Enfin, nous avons été confrontés à la problématique de l’orientation de la maison afin qu’elle bénéficie au maximum des apports solaires, élément spécifique de la démarche bioclimatique.

Quelle suite prévoyez-vous à ce projet ?

Nous prévoyons deux autres réalisations fin 2016. Mais nous ne pouvons pas envisager de généraliser ce type de construction, car il faut tenir compte du budget des clients. Ce projet nous a permis d’acquérir un savoir-faire que nous sommes les seuls à posséder dans la région. Grace à ce projet, nous avons pris une avance technologique tout en veillant à sa rentabilité dans la durée, ce qui devrait nous permettre d’accéder à de nouveaux marchés. Notre projet pourrait, en effet, intéresser les acquéreurs potentiels d’une maison écologique, d’autant plus que nous avons l’habitude de faire du sur mesure et, par conséquent, d’adapter nos choix de matériaux à la demande. Nous travaillons dans une optique d’évolution.

Pour en savoir plus sur le projet MEPOS, cliquer ici.