En poursuivant votre navigation sur construirogaz.grdf.fr vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. La poursuite de la navigation vaut accord au dépôt des cookies sur votre terminal. Pour plus d'informations, gérer ou modifier vos paramètres de cookies, En savoir plus.

Maine Construction (72) choisit le duo gaz naturel & photovoltaïque

Références en région 09/02/2015
Partager avec: Linkedin

Retour sur la première maison RT 2012 équipée d’une chaudière à condensation couplée à un kit photovoltaïque, située au cœur d’un lotissement en périphérie du Mans. Avec Claude Tourteau, Président-Directeur Général de Maine Construction.

Implantée au Mans, la société Maine Construction a été créée en 1978. Leader sur le marché de la construction de la maison individuelle dans le département de la Sarthe, elle commercialise une centaine de maisons par an et réalise un chiffre d’affaires de 13 millions d’euros.

Parmi ses clients se trouvent beaucoup de primo-accédants. Pour eux, elle conçoit des produits de 90 à 100 m², dont le montant s’élève à environ 140 000 euros. 

Comment avez-vous effectué le passage à la RT 2012 ?

En ce qui concerne la RT 2012, nous avons un peu devancé l’appel. Nous sommes en effet le constructeur de référence dans le département et nous nous efforçons d’être toujours à la pointe. Aussi, avant même la date d’application de la réglementation, nous avons proposé à un client dont la maison était en cours de construction de l’équiper de panneaux photovoltaïques. Il s’agissait d’une maison en label BBC, ce qui n’impliquait donc pas l’utilisation d’énergie renouvelable. Nous l’avons fait basculer en RT 2012.

Cette première réalisation a constitué pour nous un field-test et nous avons pu évaluer l’intérêt d’associer le photovoltaïque à une chaudière au gaz naturel.

En quoi consiste cette solution technique et quels sont ses avantages ?

Le photovoltaïque est ce que nous utilisons désormais le plus souvent lorsqu’il y a du gaz sur le terrain choisi par le client. La chaudière au gaz assure le chauffage et la production d’eau chaude, le reste (VMC, appareils électriques, éclairage, alimentation électrique de la chaudière) fonctionne grâce à l’énergie fournie par les capteurs solaires fixés sur le toit.

Cette solution a le gros avantage d’être pratique pour l’usager comme pour le constructeur parce que la chaudière gaz murale demande peu de place – ici, nous avons choisi une Atlantic IDRA CONDENS MICRO 4124/32 VR – et que l’équipement photovoltaïque s’avère relativement facile à poser – nous avons opté pour le kit CLIPS’HOME de Clipsol qui comprend deux panneaux de 250 Wc autonettoyants et dont la production est garantie pendant 20 ans.

Les résultats correspondent-ils à ce qui était attendu ?

Nous nous sommes aperçus que même si la quantité d’électricité d’origine solaire n’était pas tout à fait suffisante pour couvrir les besoins du client, il y avait très peu de déperdition et que la consommation correspondait à 95 % de la production.

Cet équipement permet de réaliser un gain d’environ 15 à 20 % en coût d’électricité. De ce fait, la puissance du compteur peut être revue à la baisse, 6 kW suffisent pour ce type de maison, au lieu de 12 kW, d’où un abonnement nettement moins élevé. Il y a bien un réel avantage économique au quotidien.

Que pensez-vous de ce choix, aujourd’hui ?

Le couplage chaudière au gaz naturel/panneaux photovoltaïques convient très bien aux petites maisons et ne posera pas de problème dans le temps. Pratique et économiquement intéressante, cette solution correspond parfaitement aux besoins et au budget des jeunes accédants. Nos clients sont d’ailleurs satisfaits. Mais nous utilisons aussi le photovoltaïque pour des maisons plus importantes, justement parce qu’il permet d’optimiser les coûts énergétiques. Or, comme nous le savons, ce sont les coûts qui constituent un frein à la construction.