En poursuivant votre navigation sur construirogaz.grdf.fr vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. La poursuite de la navigation vaut accord au dépôt des cookies sur votre terminal. Pour plus d'informations, gérer ou modifier vos paramètres de cookies, En savoir plus.

La maison s’ouvre à l’économie collaborative

Références en région 16/07/2018
Partager avec: Linkedin

Médaillé d’argent des Challenges UMF 2016 dans la catégorie «Concept-house», le modèle Parenthèse a été conçu par Maisons Berval.

Avec 18 000 constructions à son actif, Maisons Berval, créée en 1932, est l’une des enseignes les plus expérimentées d’Ile-de-France.

A l’occasion de sa première participation aux Challenges UMF, le constructeur a remporté la médaille d’argent de la « Concept House » en présentant un projet innovant et parfaitement ancré dans l’ère du temps.

Curieux de découvrir cette innovation, nous avons rencontré David Lacroix, Président de Maisons Berval, qui nous a expliqué sa démarche : «Il s’agit d’anticiper les besoins engendrés par l’économie collaborative, de répondre à l’évolution de la société en se posant la question suivante : si l’acheteur accepte de ne plus être l’unique utilisateur de sa maison, cela change-t-il quelque chose à la façon dont nous construisons ?».

Comment est né votre projet ? A quelle demande répond-il ?

L’idée est venue de la constatation de l’évolution de la location entre particuliers. C’est un marché qui se transforme complètement. Louer tout ou partie de la maison d’une autre personne pour y passer ses vacances devient une démarche courante. Nous avons donc voulu concevoir un produit maison en phase avec l’économie collaborative.

Nous avons d’abord repensé la distribution de la maison en adjoignant au bâtiment principal de 127 m2, un studio autonome de 27 m2, ce qui revient à proposer deux logements et apporte une grande souplesse d’utilisation au propriétaire. Il peut ainsi louer le studio ou au contraire s’y installer provisoirement dans le cas où il a, par exemple, mis en location le logement principal. Nous avons également prévu une aire de parking pour voitures, scooters et vélos.

Et nous avons rendu la maison aussi attrayante que possible car la location fonctionne d’autant mieux que l’avis des différents occupants est positif, notamment sur les sites de location/échanges entre particuliers.

Quelles innovations avez-vous introduites ?

Un patio, ce qui est peu fréquent en Ile-de-France, avec verrière entrebâillante. Des éclairages très travaillés, comme des bandes lumineuses d’ambiance sur un des murs du salon ou un plafond lumineux ondulatoire dans l’escalier. Mais aussi une paroi basculante entre les deux chambres d’enfants ; un mur sécurisé invisible pour permettre au propriétaire de dissimuler des objets personnels ; ou encore, en plus de la traditionnelle commande à distance des volets et de l’éclairage, la gestion à distance des serrures.

Je précise, cependant, qu’il s’agit d’un modèle de concours et que certaines de ces innovations font encore l’objet de développements.

A quel profil de clients s’adresse ce produit et pensez-vous le commercialiser en dehors de l’Ile-de-France ?

C’est une résidence urbaine qui s’adresse à une clientèle d’actifs, disposant d’un budget confortable puisque nous la commercialisons, suivant les prestations choisies, dans une fourchette 250 000–295 000 euros TTC. Elle est adaptée à tout milieu urbain qui possède un intérêt touristique.

Notre objectif n’est pas pour autant de l’implanter au-delà de notre territoire habituel, l’Ile-de-France et l’Oise, car nous disposons ici d’un réseau établi de sous-traitants fidèles et de qualité. 

Quels sont vos choix techniques et énergétiques ?

Nous avons opté pour une construction en briques BGV Thermo+ afin d’avoir une excellente isolation qui contribue largement à l’atteinte d’un Cep de 44,4. Nous l’avons bien sûr construite en respectant les exigences de la RT 2012, ce qui permet d’ailleurs de constater que la réglementation offre la possibilité de concevoir aussi des formes d’habitat originales.

Nous avons utilisé des solutions, des matériaux et des équipements que nous connaissons bien. Le chauffage est assuré par un plancher chauffant au rez-de-chaussée et des radiateurs basse température à l’étage, le tout alimenté par une chaudière hybride au gaz naturel. Comme nous sommes en milieu urbain desservi en gaz naturel, nous privilégions cette énergie parce que c’est une solution simple et économique.