En poursuivant votre navigation sur construirogaz.grdf.fr vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. La poursuite de la navigation vaut accord au dépôt des cookies sur votre terminal. Pour plus d'informations, gérer ou modifier vos paramètres de cookies, En savoir plus.

En Lorraine, Maisons Claude Rizzon choisit le gaz naturel

Références en région 16/07/2018
Partager avec: Linkedin

Pour ce constructeur de maisons individuelles, le gaz naturel est une tradition qui a largement été confirmée par le contexte réglementaire actuel.

Entité du Groupe Claude Rizzon, l’entreprise familiale a été créée en 1956 à Châtel-Saint-Germain, en Lorraine. Ses activités s’étendent aux différents métiers de l’habitat.

Jean-Pierre Monzani, Directeur technique de Maisons Claude Rizzon, nous explique pourquoi il privilégie le gaz naturel comme énergie pour le chauffage de maisons neuves.

Pouvez-vous nous décrire votre gamme de maisons ? A quelle clientèle s’adresse-t-elle ?

 

Bien que nos maisons soient des maisons de catalogue, elles sont très souvent personnalisées de façon à prendre en compte les souhaits des clients et les spécificités des parcelles de terrain. La tendance actuelle est aux maisons d’apparence très contemporaine avec toit-terrasse et l’un de nos modèles, le modèle Héméra, plaît beaucoup à une clientèle jeune. C’est une maison qui évoque la maison d’architecte avec, au rez-de-chaussée, une partie jour non cloisonnée, puis un toit-terrasse qui fait écho à l’espace inférieur.

Nous nous adressons à une clientèle moyenne gamme puisque le prix de nos maisons se situe entre 125 000 et 160 000 euros, pour une superficie de 100 à 140 m2. Nous réalisons actuellement environ 115 maisons par an sur le territoire lorrain (Moselle et Meurthe-et-Moselle essentiellement), car nous sommes une entreprise régionale. 

Quelle solution de chauffage préconisez-vous ?

Le chauffage est une préoccupation essentielle dans notre région. Depuis plus de vingt ans, nous privilégions l’énergie gaz naturel. Nous avons une réelle culture du gaz. Toutes nos maisons bénéficient d’un concept identique : un plancher chauffant basse température au rez-de-chaussée, des radiateurs avec robinets thermostatiques à l’étage (bien que certains particuliers demandent aussi une dalle chauffante), et un chauffe-eau thermodynamique de 250 litres pour la production d’eau chaude sanitaire. Nous installons des chaudières gaz à condensation essentiellement de la marque Viessmann, un fabricant implanté dans la région et très connu ici. Et pour le chauffe-eau thermodynamique, nous optons le plus souvent pour la marque Atlantic.

Quels sont les atouts de cette solution ?

 

La RT 2012 rend le choix du gaz naturel tout à fait pertinent. C’est pour moi l’énergie la plus avantageuse dans ce contexte. Les bâtis en briques et la qualité de la perméabilité à l’air diminuent nettement les consommations, ce qui permet de réduire la puissance des équipements. Une chaudière gaz à condensation de 15 kW suffit désormais pour un confort qui, dans le passé, exigeait 22 à 25 kW. Bien sûr, nous avons globalement enregistré des surcoûts dus aux exigences en matière d’isolation et à l’introduction d’une énergie renouvelable. Mais pour nous, ce surcoût est raisonnable car nous avions construit beaucoup de maisons label BBC et étions des précurseurs dans la région. Entre le BBC et la RT 2012, le saut en termes de coûts n’a pas été énorme.