En poursuivant votre navigation sur construirogaz.grdf.fr vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation du site. La poursuite de la navigation vaut accord au dépôt des cookies sur votre terminal. Pour plus d'informations, gérer ou modifier vos paramètres de cookies, En savoir plus.

Plancher chauffant et chaudière à condensation : couplage idéal

Technique 17/05/2016

Partager avec: Linkedin

Le planchant chauffant apparaît comme l’émetteur idéal pour une chaudière gaz à condensation. Quels sont ses atouts et les améliorations en cours ?

Le plancher chauffant séduit de plus en plus les candidats à la construction neuve. Selon l’observatoire BatiEtudes réalisé en 2014, 47 % d’entre eux ont choisi d’en équiper leur habitation. Couplé avec une chaudière gaz à condensation, il constitue l’une des options phares en matière de chauffage dans l’habitat individuel neuf. Nous avons interrogé Anne-Sophie Seguis, Responsable Efficacité Energétique chez GrDF Cegibat, pour mieux cerner les atouts de cette solution.

Pourquoi le plancher chauffant est-il associé à la chaudière gaz à condensation ? Optimise-t-il son efficacité ? Peut-on utiliser d’autres émetteurs ?

La chaudière à condensation condense dès que la température de retour du circuit chauffage est inférieure à environ 55°C.

Le plancher chauffant offre une grande surface d’échange, ce qui lui permet de fonctionner en très basse température, tout en assurant un confort optimal à l’occupant.

Généralement le régime de température conseillé sur ces installations est de 40°C/30°C, d’où d’excellentes conditions pour condenser. On peut donc parler d’optimisation du principe de la condensation avec un plancher chauffant.

Mais, il existe d’autres émetteurs compatibles avec la chaudière gaz à condensation, en particulier les radiateurs basse température qui assurent un retour d’eau inférieur à 55°C, notamment dans des constructions neuves bien isolées.

On peut également choisir la solution vecteur air, qui utilise l’air et non plus le vecteur eau pour assurer le chauffage.

Une batterie d’eau chaude placée dans une centrale de traitement d’air, et connectée à la chaudière à condensation, réchauffe l’air prélevé dans le logement. Des gaines présentes en faux plafond et des bouches de soufflage situées dans les pièces à vivre, distribuent l’air chaud dans les pièces.

De façon générale, une régulation avec loi d’eau, qui permet de réguler la température de départ du circuit chauffage en fonction de la température extérieure, permettra également de maximiser la condensation, notamment en période de mi-saison.

Quels sont les atouts spécifiques du plancher chauffant ?

En tout premier lieu, le confort. La chaleur émise par rayonnement assure une meilleure homogénéité de la température au sein de la maison. C’est un atout considérable pour l’utilisateur. De plus, la suppression des radiateurs libère de l’espace et facilite l’aménagement de la maison. Enfin, le plancher chauffant supprime les flux d’air de convection et donc la poussière qu’ils génèrent et qui se dépose en traces noires sur les murs.

Précisons que toutes les marques de chaudière gaz à condensation peuvent être associées à un plancher chauffant. Celui-ci peut être installé en étage, aussi bien qu’au rez-de-chaussée, même si le plus souvent on préfère équiper les chambres de radiateurs basse température.

L’inertie de ce système n’oblige-t-elle pas à émettre quelques réserves ?

L’inertie du plancher chauffant est importante. Il met plusieurs heures à monter en température et plusieurs heures à descendre. Dans des maisons bien isolées, l’inertie doit être gérée au mieux car elle peut générer un certain inconfort. Par exemple, si la maison dispose d’une façade vitrée orientée au sud, en période de mi-saison la température risque de varier de façon significative au moindre rayon de soleil. Le plancher détectera la montée de la température, mais comme il réagira lentement, il pourra y avoir un phénomène de surchauffe et donc d’inconfort.

Les améliorations de la technologie du plancher chauffant, visant à remédier à ce phénomène, portent sur deux caractéristiques : la régulation et la conception de la chape. En ce qui concerne la régulation, on tend aujourd’hui à la concevoir pièce par pièce et non plus globalement afin de tenir compte de l’exposition, et à utiliser une sonde extérieure pour mieux anticiper les évolutions de la température.

Pour la chape, il s’agit essentiellement d’en réduire l’épaisseur, la masse étant alors plus faible, l’inertie sera moindre. De nombreuses recherches sont en cours, mais déjà les fabricants proposent de nouveaux produits avec des chapes minces fluides, à base de ciment ou d’ anhydrite.